Le monde de Francesca

Mes coups de coeur de tous les genres littéraires... et plus encore!

18 avril 2012

  • Enfants de la Paranoïa, Trevor Shane
  • Enfants de la Paranoia

    Présentation de l’éditeur

    UNE SEULE VÉRITÉ DEMEURE : LE PREMIER À TUER EST LE DERNIER À SURVIVRE.

    Règle #1 : on ne tue pas les innocents

    Règle #2 : on ne tue pas les ennemis de moins de 18 ans

    Depuis des siècles une guerre clandestine, ignorée du commun des mortels, oppose deux clans qui se déchirent au nom du Bien et du Mal. Des deux côtés, des assassins endoctrinés et entraînés dès leur enfance à haïr et détruire le camp adverse. Artistes de la dissimulation, ils maquillent leurs meurtres en actes de violences aléatoires : des affaires qui curieusement ne sont jamais résolues.

    Tuer est la seule vie que connait Joseph, un des meilleurs de son clan. Il ne connaît qu’une réalité : tuer ou être tué. Mais alors qu’une mission tourne mal et qu’il est assigné à une nouvelle cible, il rencontre Maria. Pour la première fois de sa vie Joseph découvre l’amour… et le doute.

    Mon avis

    Un roman policier nerveux et solide qui n’empêche pas la sympathie et l’émotion pour ses personnages.

    Joseph a 25 ans et se définit comme un soldat. Il est impliqué dans la Guerre et tue les ennemis que son camp lui demande d’abattre. Il ne s’est jamais posé de question jusqu’au jour où il tombe amoureux et transgresse une règle…

    Joseph est un assassin mais on se surprend à éprouver pour lui immédiatement de la sympathie puis de l’émotion. Il a été engrené dès son adolescence dans cette guerre à laquelle il ne sait rien, à part que les membres de sa famille ont été tués et qu’il a le sentiment de faire le bien, que son camp est celui des gentils et que les autres sont des méchants. Mais lorsqu’il rencontre Maria et qu’il se remet en cause, beaucoup d’interrogations émergent. Malheureusement, il n’a pas le temps de se les poser car il doit sauver sa peau ainsi que celle de Maria, et donc toute la partie des origines de la Guerre reste mystérieuse dans le livre, l’auteur voulant sans doute que cela le reste, car à force de se décimer, est-ce qu’il y en a qui savent encore pourquoi ils se battent ?

    Le récit est écrit comme une confession de Joseph à Maria, ce qui est vraiment émouvant, puisqu’il l’interpelle souvent et qu’au moment où il écrit, c’est déjà la fin de l’histoire, de sorte que certains indices montrent déjà que leur relation sera semée d’importantes et dangereuses embûches. Le rythme du récit est très soutenu, on est sur le qui-vive et tendu comme un arc à l’instar de Joseph, et on se prend à trembler pour lui alors qu’il projette quand même de tuer des gens ! C’est ça la force de ce texte, l’auteur réussit à ce qu’on se prenne d’affection pour un meurtrier… Mais cela n’empêche pas une belle histoire d’amour pour un homme qui avait une existence totalement vide auparavant. Maria devient sa force mais aussi son point faible, une innocente qui n’a même pas des instincts primaires de prudence, alors que lui a élevé la paranoïa en qualité première.

    La fin est ouverte et permet sûrement un deuxième livre.

    Enfants de la paranoïa sortira demain, merci Camille!

    Enfants de la paranoïa

    Dazzled par Francesca dans Livres policiers - 1 Messages


    Vos messages

    • Alors que la couverture ne m'attirait pas des masses, ton avis et la bande-annonce, au contraire, me donnent très envy de m'y plonger. J'espère juste que la série ne sera pas en trop de tomes...

      De la part de Amadis, 20 avril 2012 à 19:56 | | Répondre
    Nouveau commentaire