Le monde de Francesca

Mes coups de coeur de tous les genres littéraires... et plus encore!

30 août 2012

  • Phænix tome 1 : Les cendres de l'oubli, Carina Rozenfeld
  • Phaenix

    Présentation de l’éditeur

    Aujourd'hui, dans le Sud de la France. Anaïa a bientôt dix-huit ans. Elle a déménagé en Provence avec ses parents et y commence sa première année d'université. Passionnée de musique et de théâtre, Anaïa mène une existence normale. Jusqu'à cette étrange série de rêves troublants dans lesquels un jeune homme lui parle et cette mystérieuse apparition de grains de beauté au creux de sa main gauche. Plus étrange encore : deux garçons se comportent comme s'ils la connaissaient depuis toujours... Bouleversée par ces événements, Anaïa devra démêler le vrai du faux, comprendre qui elle est vraiment et qui saura la compléter. Elle devra souffler sur les braises mourantes de sa mémoire millénaire pour redevenir elle-même. S'ouvriront alors les portes d'une nouvelle réalité dans laquelle amour et fantastique sont étroitement liés.

    Mon avis

    J’ai dévoré ce livre en très peu de temps, ce qui m’a vraiment étonnée. Je ne m’attendais pas à entrer tellement rapidement dans l’histoire ni à être aussi accro au point de tourner les pages si vite.

    Anaïa entre à l’université dans une université du Sud de la France, après avoir déménagé avec ses parents. En plus d’être séparée de sa meilleure amie et son crush à Paris, elle commence une nouvelle page de sa vie dans un tout nouvel environnement. Néanmoins, elle se fait des amis, s’ouvre à de nouveaux horizons et à de nouveaux garçons… Deux plus précisément et bien évidemment aux caractères tout à fait opposés, Eidan et Enry. Mais derrière cette nouvelle vie, Anaïa fait le même rêve à chaque fois avec un peu plus de développement, des manifestations cutanées… Peu à peu des manifestations surgissent, des choses sont dites à demi-mots, ce qui intrigue et agace notre jeune héroïne...

    Anaïa n’est plus une lycéenne comme la plupart des romans jeunesse, c’est une étudiante mais elle reste encore une enfant, ayant besoin de ses parents, n’ayant pas le permis et encore innocente. Les émotions qu’Anaïa ressent sont vraiment bien dépeintes par l’auteur. L’excitation mêlée d’angoisse à chaque fois qu’elle fait un nouveau pas m’a interpellée et m’a fait faire un bond en arrière quand j’étais encore étudiante (ahh quelles belles années ^^). Anaïa prend des cours de théâtre, ce qui donne l’occasion de lire des passages sympathiques d'exercice d'improvisation (même si je suis jalouse que ses cours ne soient pas aussi barbants que les miens :p). J’ai vraiment ressenti une connexion avec cette ambiance et cette héroïne, surtout dans la première partie où j'étais totalement en phase avec elles.

    Il y a bien sur un aspect fantastique mais qui commence très doucement pour ensuite accélérer au fur et à mesure que les phénomènes étranges surgissent et finalement prendre son envol (ah ah!). J'ai trouvé la mythologie utilisée très jolie et romantique. Par contre, alors que j'ai apprécié le personnage d'Anaïa au début, elle m'a agacée dans la seconde partie où le triangle amoureux devient trop lourd et où face à l'évidence, Anaïa fait l’autruche (ou est vraiment idiote) et prend des décisions incompréhensibles à mon goût. Du coup je suis assez satisfaite de la fin, mais cela donne envie de lire la suite assez rapidement.

    Ana est violoncelliste et Eidan fait partie d’un groupe de musique. Il y a donc beaucoup de références musicales et de paroles de chansons qui collent bien à l’histoire. Les morceaux alternent entre pièces classiques et chansons contemporaines, ils me parlent beaucoup car ce sont des artistes que je connais et que j’apprécie pour la plupart. D'ailleurs, une playlist a été créée que vous pouvez écouter ICI

    Le langage est moderne mais pas teintée de jeunisme ni de vulgarité, c’est vraiment un langage comme j’utilise avec mes potes, donc encore une fois, chapeau à l’auteur de coller à la réalité d'aujourd'hui et de ne pas verser dans les extrêmes. D’autres références pop-culturelles sont également vraiment sympathiques. Le récit est entrecoupé de statuts Facebook du compte d’Anaïa qui apportent un plus à l’histoire et que j’ai beaucoup apprécié, mélange de racontage de vie inutile, d’annonces importantes (quoique il y a eu un moment où je me suis demandée pourquoi un appel n’a pas été plutôt passé), reflet des états d'âme de la jeune fille.

    Phænix est une belle histoire romantique avec beaucoup d’émotions, et pas seulement liées à une histoire d’amour. J’ai été complètement captivée par l’ambiance, le ton de l’histoire et le style de l’auteur. Carina Rozenfeld a réussi son coup en proposant l’un des meilleurs ouvrages de la collection R, en tout cas l’un de ceux qui m’a procuré le plus de plaisir à la lecture. Je ne sais pas quand la suite sera publiée, mais j’ai hâte de la lire.

    Phænix sort dans 1 semaine, le 6 septembre, un grand merci à Robert Laffont! Vous pouvez lire le premier chapitre ICI

    Phænix Tome 1 : Les cendres de l'oubli

    Dazzled par Francesca dans Livres jeunesse - 3 Messages
    Tags :


    Vos messages

    • J'ai beaucoup aimé aussi même si j'ai trouvé Anaïa parfois un peu trop "candide" ! Il me tarde quand même de lire la suite parce que cette mise en bouche a un gout de trop peu

      De la part de mycoton32, 30 août 2012 à 08:12 | | Répondre
    • Coucou

      Faut que j'arrête de lire tes critiques.....j'ai envie de tout lire après...mais j'ai pas le temps ni les moyens xD

      Allez sérieusement...il a l'air génial ce bouquin !! J'aime beaucoup la collection R, donc ça ne m'étonne pas du tout si le livre est génial !

      Je le rajoute à ma liste...pour quand j'aurai le temps ^^

      De la part de marion86, 30 août 2012 à 08:17 | | Répondre
    • MyCoton, je suis d'accord avec toi, mais le début m'a vraiment fait penser a moi et mon entrée a la fac ^^ dans la fin par contre elle redevient a baffer lol

      Désolée marion ^^ mais je te le recommande

      De la part de Francesca, 30 août 2012 à 11:01 | | Répondre
    Nouveau commentaire