Le monde de Francesca

Mes coups de coeur de tous les genres littéraires... et plus encore!

29 avril 2013

  • Interview de Sylvia Day sur la saga Crossfire (1ère partie)
  • SAM_2233

    Lors du Salon du Livre de Paris, j'ai eu la chance de rencontrer Sylvia Day et de participer à 1h15 de discussion avec elle et des bloggeuses. Comme l'interview a été très longue mais très intéressante, je l'ai divisée en 2 parties, la première consacrée à la saga Crossfire et la seconde au reste. J'ai également modifié l'ordre de certaines questions afin que la lecture soit plus cohérente.

    Les questions que j'ai posées sont en bleu.

    Voici donc la première partie consacrée à la saga Crossfire. Attention, il y a des spoilers sur la saga.

    J'ai entendu une rumeur selon laquelle Crossfire ne serait pas une trilogie.

    Non, il n'a jamais été prévu que ce soit une trilogie. Quand j'ai commencé à écrire, je ne savais pas si ce serait deux livres ou plus, je ne savais pas ce que ça donnerait jusqu'à ce que je sois à la moitié de Reflected in you. Quand j'en ai été là, j'ai envoyé un mail à mon éditrice pour lui dire : "Ce n'est pas possible que j'arrive au bout dans le prochain tome". Lorsque je lui ai envoyé la première moitié du troisième roman, elle m'a dit : "Tu sais que tu ne vas pas pouvoir terminer l'histoire dans ce livre" et je lui ai répondu : "Oui, je te l'ai déjà dit au milieu du précédent".

    Je crois que ce qu'il s'est passé, c'est que la plupart des éditeurs internationaux, pas les éditeurs américains, ils n'ont jamais appelé Crossfire une trilogie, mais les éditeurs internationaux s'attendaient à ce que ce soit comme Fifty Shades of Grey, ils ont donc supposé qu'il y aurait trois tomes. Mais pour moi, s'il faut deux livres pour raconter mon histoire, alors la série sera composée de deux livres, s'il en faut quatre, alors elle aura quatre tomes. Je ne savais vraiment pas combien il m'en faudrait pour boucler l’histoire.

    Ceci dit, je pense que certains lecteurs liront le troisième tome et pourront s'arrêter là. Il y a certaines intrigues qui trouvent leur conclusion, mais elles concernent plutôt l'impact des personnages secondaires sur Eva et Gideon, si vous voyez ce que je veux dire. Je ne veux pas en révéler trop. A la fin certaines choses sont résolues, et je pense que les lecteurs seront contents qu'elles le soient, et puis il y en a d'autres à propos desquelles d’autres se poseront des questions, et ils devront lire le quatrième tome pour avoir les réponses.

    La scène de l'ascenseur, est-ce que c'est un fantasme ?

    Pour un auteur, des petits bouts de la réalité se retrouvent dans chaque livre. Par exemple Gideon est une vraie personne. J'étais à New York il y a trois ans, pour rencontrer mes éditeurs, je marchais dans la rue et, je ne sais pas comme ça se passe à Paris, mais à New York il faut vraiment déconnecter son esprit et avancer, parce qu'il y a trop de choses qui se passent autour de vous. Je marchais, absorbée dans mes pensées, et ce type sort d'un immeuble et s'arrête sur le trottoir. Il était magnifique, très beau, il portait un costume trois pièces et je me suis arrêtée net. Je me suis dit : "Bon sang de bonsoir !" Il consultait son Blackberry et une Lincoln s'est avancée, il est monté dans la voiture. Je me suis demandée : "Quelle fille l'attend à la fin de son voyage ?" C'est la raison pour laquelle le livre se passe à New York, parce que c'est là qu'il vit vraiment. Et j'adore quand des lectrices m'envoient un mail pour me dire : "J'ai vu Gideon dans la rue !" Parce que chacune a son propre Gideon, n'est-ce pas ?

    Il est devenu un héros de roman parce que c'était une expérience personnelle, d’être arrêtée net en envoyant quelqu'un qui ressemblait à ça. Quant à l'ascenseur, c'est un espace confiné, vous remarquez un gars sexy dans un ascenseur et vous vous dites "Wahou, est-ce qu'il ne pourrait pas tomber en panne, s'arrêter ?" Alors oui, c'est un fantasme.

    Pourquoi avoir appelé votre héros Gideon ? (La prononciation correcte est Guidéone.)

    Gideon est avocat, et en hébreu ce nom signifie "celui qui met en pièces ses ennemis" et ça lui va si bien. Je n'imagine pas un autre nom pour lui, il lui va parfaitement.

    Je regardais l'origine des noms, ce qu'ils signifiaient, et j'ai une liste de noms de héros que je veux utiliser. Quand je commence un nouveau livre je regarde ma liste et quand je suis arrivée à Gideon, je me suis dit, c'est celui-là...

    Comme pour un bébé ?

    Oui, absolument. Il y a eu beaucoup de gens qui m'ont dit : "Pourquoi avoir choisi ce nom ?" Mais je réponds : "Non, vraiment, je trouve que c'est sexy."

    Vous avez dit qu'il était difficile d'écrire du point de vue de Gideon.

    C'était impossible dans le premier livre et la plus grande partie du second. Ce n'est qu'à partir du troisième que j'ai eu l'impression qu'il me donnait suffisamment accès à ses pensées pour vraiment voir les choses de son point de vue. Ce n'est pas encore ça, mais clairement au début c'était impossible, je ne parvenais pas à imaginer ce qu'il avait vécu. Mais en même temps qu'il s'ouvre à Eva, il s'ouvre aussi à moi de plus en plus.

    Vous pensez vraiment que dans le prochain livre vous écrirez de son point de vue ?

    Je ne sais pas. Je ne vais certainement pas tout réécrire de son point de vue, parce que personnellement je ne me sens pas à l'aise avec l'idée de demander aux lecteurs de dépenser de l'argent pour lire une histoire qu'ils ont déjà lue. Il n'y a pas de surprises. Et je ne suis toujours pas sûre de savoir ce qu'il pensait dans les deux premiers tomes, mais à l'avenir je peux envisager d'écrire de son point de vue, si c'est ce qui me vient. Donc je ne l'exclus pas, mais c'était impossible au début.

    Parce que dans le premier livre il est tellement secret et mystérieux, on ne sait pas ce qu'il pense.

    Oui, et moi non plus je ne le savais pas. Il m'a rendue folle. J'étais vraiment avec Eva, et il y a des fois où elle se remettait avec lui et je me disais : moi je ne me remettrais pas avec ce type, je ne sais pas quel est son problème, mais... J'en suis au même point que vous, à me demander ce qu'il se passait dans sa tête.

    Il me semble qu'Eva ressemble à Eve Dallas de Nora Roberts, avec un passé difficile, des cauchemars...

    Je pense que Gideon ressemble beaucoup à Roarke (Connors). Les gens me disent : "Ca ressemble à Fifty Shades", et moi je pense : "Non" ! Il y a des échos d'Eve Dallas, c'est sûr, parce que je suis une grande fan de la série et, en fait, la première fois que j'ai rencontré Nora Roberts, j'ai paniqué. Non parce que c’était Nora Roberts, mais parce que pour moi elle est Eve Dallas. Elle est fabuleuse, et c'est un mentor incroyable, elle fait beaucoup de choses pour les RWA (Romance Writers of America), c'est une femme d'affaires, elle n'accepte pas les mauvaises excuses, elle ressemble beaucoup à Eve. Je suis une grande fan d'elle en tant que personne, et aussi de ce qu'elle écrit.

    Est-ce que parfois, quand vous écrivez, vous vous dites : je ne peux pas mettre cette scène parce qu'elle est trop hot ou trop érotique ?

    Parfois j'écris une scène de sexe et elle est juste dingue. Ensuite, quand je reviens pour les corrections, je me dis : mon dieu, mais qu'est-ce que j'ai fait ? Alors je l'atténue un peu, surtout quand Gideon dit des gros mots, parfois quand je reviens je me dis : ok, il faut atténuer un peu, là. Je la laisse sortir, pour commencer, puis ensuite je la relis pour voir si ça colle avec le personnage ou non. Pour le troisième livre, en fait, mon éditrice m'a fait ajouter une scène de sexe. Je ne l'avais pas mise à cet endroit parce que je craignais que ce ne soit trop tôt. Et puis nous en avons parlé, elle m'a fait changer d'avis et j'ai réalisé qu'elle avait raison, il fallait qu'elle soit là.

    Je m’en doutais, c'est pourquoi je lui avais envoyé la première moitié, et elle m'a dit : "Tu ne m'envoies jamais des morceaux, tu me dis toujours que je dois attendre que tu aies fini." Parce qu'on ne peut pas me donner d'avis au début, puisque je ne sais pas comment ça va se terminer. Pour moi ça ne fonctionne pas de modifier des choses au début, j'ai besoin d'aller jusqu'au bout. Mais dans ce cas précis quelque chose m'ennuyait, alors je lui ai envoyé la première partie et je lui ai demandé son avis. Elle m'a dit : "Il faut qu'elle soit là". Et j'ai réalisé que je me retenais, mais qu'il fallait que ça sorte.

    Vous gardiez la scène pour plus tard ?

    Non, parce que chaque scène est différente en fonction de l’endroit où ils en sont. Si par exemple je mets une scène dans la première partie et que l'éditeur me dit : "Pas à cet endroit", je ne peux pas l’utiliser ailleurs. Elle était écrite pour ce moment particulier et elle ne fonctionnera pas ultérieurement. Et je ne peux pas non plus en prendre une de la fin et la mettre au début. J'ai écrit vingt livres maintenant, et je ne peux pas en utiliser une dans un autre livre.

    Vous pouvez la mettre sur votre site dans les scènes coupées, nous aimerions la lire.

    Dans cette série, je n'en ai pas coupé. C'est leur principal moyen de communication. Ils ont de la difficulté à s’exprimer, mais quand ils ont une connexion sexuelle, c'est comme si ça les réinitialisait, ils savent ce qu'ils font là, pourquoi ils supportent tout ça et les difficultés à surmonter. C'est absolument vital pour eux.

    Pourquoi est-ce que les personnages ont été abusés sexuellement, parce qu'il y a quand même un côté très noir dans leur vie ?

    Ca va être une longue réponse. *rires* Bared to you est mon seizième roman et, dans les précédents que j'avais écrits, j'avais évoqué les abus sexuels chez certains de mes personnages. Dans Seven years to sin, le livre qui a inspiré Bared to you, l'héroïne a survécu à cela : alors qu'elle était enfant, son père a abusé d'elle. Dans une romance typique, il n'y a qu'un seul livre, et ce n'est pas suffisant pour raconter ce genre d’histoire, en profondeur, avec un personnage qui a subi un tel traumatisme. C'est la raison pour laquelle j'ai voulu écrire la série Crossfire, parce que je voulais explorer ce qu'il se passerait si deux personnes avaient le même problème et que la façon dont ils le gèrent déclenche une réaction négative chez l'autre. C'est cette dynamique qui est le sujet de la série, alors oui, je suppose que c'est assez sombre, mais pour moi c'était l'objectif : si j'ai appris à survivre de cette façon et que ça te rend malheureux, comment construisons-nous une relation ? C'est la vraie question.

    Gideon, pour se sentir dans sa zone de confort, fait exactement ce qui fait fuir Eva, il doit trouver une nouvelle façon de gérer son problème pour pouvoir être avec la personne qu'il désire. Je trouve ça vraiment intéressant. Je veux dire les scènes de sexe peuvent être bien, l'histoire peut être super, mais la raison pour laquelle je m'assieds chaque jour devant ma page blanche pour écrire est que le sujet me fascine : quand vous êtes tellement marqué par le passé, est-ce que vous pouvez construire une relation avec quelqu'un qui l'est autant que vous ? C'est triste !

    Le premier tome a été très dur. Ca été dur pour moi de l'écrire. Mon mari s'est inquiété, car il rentrait à la maison chaque jour et j'avais les yeux rouges. Il me disait : "Ce bouquin te tue, peut-être que tu ne devrais pas l'écrire". Et je répondais : "C'est juste cet enfer qu'ils doivent quitter". Dans le suivant, la situation s'est bien améliorée. J'ai vraiment pris plaisir à l'écrire. Je ne vais pas vous torturer ou les torturer autant que dans le précédent.

    Pourquoi est-ce que Cary a souffert également ?

    J'ai fait beaucoup de recherches. Dans le premier tome Gideon fait ce discours à un banquet, où il dit qu'un homme sur six a été victime de violence, c'est une statistique réelle et quand on y pense, c'est énorme. Et le nombre de gens qui sont parmi nous, et qui ont subi ce genre de chose, est énorme. Aussi quand j'ai écrit l'histoire, je voulais être sûre qu'avec une audience aussi large je dépeignais correctement les choses. Alors j'ai fait beaucoup de recherches, j'ai interviewé plein d'hommes et de femmes différents, et la façon dont les abus dont ils ont été victimes se manifestent, leurs symptômes, sont assez différents aussi. Cary se scarifie, il se fait du mal. Ce n'était pas possible pour Eva ou Gideon. Donc son personnage est là pour donner un autre exemple de la façon dont ce genre d'abus peut affecter les gens. Malheureusement, beaucoup des personnes que j'ai interviewées ont passé des années à se faire du mal, d'une façon ou d'une autre, et ça c'est Cary.

    Mais je travaille sur lui et Eva travaille sur lui, et peu à peu il s'en sort. C'est l'une des raisons pour lesquelles la série devient aussi longue, parce que Cary a une histoire, Mark et Steven ont une histoire, et parce que toutes ces histoires différentes se poursuivent. Même si Eva et Gideon vont mieux, ils ne peuvent pas vraiment être heureux si toutes les autres personnes qu'ils côtoient sont aussi mal qu'ils l'étaient avant. La famille de Gideon est un véritable désastre, il y a son frère et sa mère, et ils ont tous des problèmes. Parce que tous ces autres personnages sont vitaux pour leur histoire, il faut qu’ils aillent mieux. Si c'était seulement Eva et Gideon, j'aurais sans doute terminé en deux tomes. Ces autres personnes sont très importantes pour eux et leur identité. Cary et Eva ont une grosse dispute dans le troisième tome, ça fait partie du processus de guérison pour eux.

    Pourquoi deux personnes qui ont subi des abus sexuels se retrouvent-elles ensemble ?

    J’ai pris l’idée de plusieurs couples, qui pourraient dire : "Enlevez les millions et la Bentley et ce roman est mon histoire". En fait c’est assez fréquent que des personnes qui ont été maltraitées se trouvent, elles ont tendance à s'attirer les unes les autres. La probabilité qu’ils se rencontrent est assez élevée, ils ont des penchants similaires, c'est comme ça qu'ils se trouvent. J'ai lu beaucoup de merveilleuses histoires d'amour, bien sûr ça demande beaucoup d'efforts. Certaines lectrices m'ont dit avoir acheté Bared to you pour le faire lire à leur famille, afin qu'elle comprenne pourquoi il y avait autant de possessivité et de jalousie dans leur couple, ce qui est assez normal pour des gens qui rencontrent quelqu'un et se disent : c'est la seule personne qui me comprenne. Alors elles ont donné le livre à leur famille en disant : "Essayez de nous encourager, voyez ce que nous traversons". Ils sont heureux d'être ensemble, j'ai entendu tellement d'histoires de ce style parmi les personnes que j'ai interrogées, elles ont trouvé quelqu'un finalement.

    Pensiez-vous que Crossfire rencontrerait un tel succès ?

    Quand je l'ai écrit, je pensais que personne n'aimerait, parce que c'est très sombre, les thèmes sont assez durs, comme la violence sexuelle envers les enfants. C'est une des raisons pour lesquelles je l'ai auto-publié pour commencer, parce que j'étais persuadée que tous mes éditeurs me demanderaient de changer l'histoire, ou de modifier les personnages. La parasomnie de Gideon, par exemple, est une pathologie véritable, je ne l'ai pas simplement inventée. Dans le premier tome, lorsqu'il plaisante durant un dîner au sujet de l'épouse qui met douze ans à en parler, c'est ce qui est vraiment arrivé dans la réalité, parce qu'en fait elle préférait son mari quand il était endormi. Tout cela était caché, et j'étais certaine qu'on voudrait me le faire enlever.

    Alors je l'ai auto-publié, je n'ai pas vraiment fait de promotion, je me suis dit que les gens le trouveraient, ou pas. Aussi quand il a tellement bien marché, j'ai été très étonnée, je n'avais pas réalisé qu'il y avait un marché pour une romance qui se déploie sur plusieurs tomes et comporte des thèmes aussi sensibles.

    Est-ce que vos livres seront portés à l'écran ?

    On me le demande souvent au sujet de cette série. Je préfèrerais que ce ne soit pas un film, parce qu'alors on perd tous les personnages secondaires, il n'y a pas assez de temps en 1h30 à 2h00. J'aimerais le voir en série à la télévision, comme True Blood où on peut vraiment entrer dans l'histoire, avoir tous les personnages, toutes les intrigues secondaires. Je pense que ce serait vraiment formidable, parce qu'on ne voit que le point de vue d'Eva. Dans une série télévisée on pourrait suivre Cary et voir ce qu'il fait. Du côté de Gideon, que se passe-t-il ? Vous voyez, ça pourrait vraiment être super.

    Je pense qu'on passerait à côté de tout ça dans un film et les auteurs perdent tout contrôle une fois qu'ils vendent les droits à Hollywood, vraiment. Ils prennent les personnages et en font ce qu'ils veulent. Donc il y a des avantages et des inconvénients. Si c'était bien fait, par exemple comme Dexter ou l'adaptation de Game of Thrones, mais tout cela c'est des séries télé. Vous voyez ce que je veux dire, je pense que ça pourrait être super.

    Vous avez mis des extraits du troisième tome sur votre site et vous dites qu'ils ne seront peut-être pas dans le livre ?

    C'est parce que jusqu'à ce que la dernière version paraisse, tout peut changer.

    Alors le livre n'est pas encore fini ?

    Si, j'ai terminé. Il est fini, édité, dans la boîte. Mais au moment où je mettais ces extraits, dans les derniers mois, ce n'était pas le cas.

    Est-ce qu'il y aura des surprises ?

    Quand je dis que l'extrait sera là ou pas, ce n'est pas que la scène sera changée, plutôt les mots. Mais toujours, quand les éditeurs distribuent des versions préalables, il y a une petite note qui dit : "Jusqu'à la version finale, tout peut changer". Et c'est vrai. A partir de maintenant, tout ce que je poste sera dans le livre, parce qu'il est terminé. Mais généralement mes livres sont très peu édités, peut-être une quinzaine de mots. Par contre, moi je change des choses, quand je reviens dessus, je change des mots, des petits détails. Alors je pense qu'il est juste de prévenir : ce sera peut-être un peu différent dans la version finale, mais ce sera quand même là.

    Avez-vous été inspirée par Paris ?

    Dans le quatrième tome les héros viennent à Paris. Vous savez Corinne est mariée à un français et vous le rencontrerez dans le troisième tome. J'ai récupéré des cartes postales, des photos, c'est excitant, je pense qu'ils vont bien s'amuser.

    Vous allez mettre des mots en français ?

    Je me posais la question justement, parce que lorsque le mari de Corinne apparait dans le troisième tome il a quelques répliques en français et je me suis dit : "Comment on fait à la traduction ?" Parce que dans la version en anglais, évidemment, il parle dans sa propre langue, puis on traduit, et on perd cela en français. Je ne sais pas comment ça se passe à la traduction, si on marque le fait que c'était écrit en français dans la version originale.

    Pensez-vous qu'Eva et Gideon pourraient avoir un bébé ?

    Je les vois absolument avoir des enfants à un moment donné. Parce qu'en trois livres il ne s'est passé que deux mois, je ne vois pas cela arriver avant un long moment. Eva est une fille intelligente, elle ne va pas tomber enceinte par accident. C’est quelque chose qu’ils planifieraient au mieux. Pour le moment ils prennent plaisir à faire connaissance, à passer du temps ensemble.

    De la même façon des gens me demandent s'ils vont se marier ? Possessifs et jaloux comme ils le sont, prononcer ces vœux et porter une alliance est une obligation, c'est le symbole ultime. Alors mariage et enfants, oui. Je ne sais plus dans quel pays, mais ils ont acheté le livre, il a fallu qu'ils me posent la question d’abord : "Est-ce qu'ils vont se marier ? Parce que dans notre pays, nous n'allons pas pouvoir publier ce livre si finalement ils ne finissent pas ensemble". Je ne me rappelle plus si c'est en Israël ou en Turquie. Et j'ai répondu oui, ce sont des gens traditionnels, ils y viendront.

    Merci à Sylvia Day et aux éditions J'ai Lu pour cette belle rencontre, et aux Romantiques pour la retranscription et la traduction!

    SAM_2277

     

    Dazzled par Francesca dans Interviews - 14 Messages
    Tags :


    Vos messages

      Excellente interview et très bonnes questions, donc on aura 4 tomes,j espère que ca partira pas trop en longueur.
      Et Gideon existe vraiment, je le croiserais peut-être la prochaine fois que j irais à NY, même si c est peut-être pas pour tout de suite,( je suis en grandes négociations avec ma moitié pour nos 10 ans de mariage, lui préfère une belle plage)

      De la part de Cel-yn, 29 avril 2013 à 11:42 | | Répondre
      • Merci!
        Oh ce serait cool un voyage à New York! j'y ai été plusieurs fois mais je n'ai pas rencontré de Gideon malheureusement

        De la part de Francesca, 29 avril 2013 à 15:46 | | Répondre
    • J'suis contente que ce ne soit pas une trilogie !!! il va y en avoir plus j'suis contente ^^

      La prononciation correcte ? tu dis ça pour moi ?? MDRRRR
      Je me demandais si tu parlerais de Nora pour ce tome ou le suivant. Elle a de la chance d'avoir rencontré Nora... A quand notre voyage pour la rencontrer ?
      OOOOh pas de bébé maintenant alors que dans le deuxième tome j'étais presque persuader que Eva était enceinte, elle a des moments ou elle montre quelques symptome... j'ai donc espérer... mais mes espoir sont partie en fumer :'( lol

      De la part de naikyy, 29 avril 2013 à 14:50 | | Répondre
      • Moi je disais pas comme ça je crois lol mais ça m'a un peu refroidi quand même!
        Bah attends c'est Nora quoi je la regardais avec de grand yeux quand elle a parlé d'elle ^^

        De la part de Francesca, 29 avril 2013 à 15:48 | | Répondre
        • Bah oui j'imagine bien les yeux pétillants ! Dommage qu'elle ne vient pas en France !

          De la part de naikyy, 29 avril 2013 à 17:34 | | Répondre
          • J'ai demandé à J'ai Lu de l'amener mais ils ont dit qu'elle avait plus besoin de faire de promo vu comment elle a du succès

            De la part de Francesca, 29 avril 2013 à 19:44 | | Répondre
            • oooh :'( même pour rencontrer les fans ?
              c'est dommage..

              De la part de naikyy, 02 mai 2013 à 13:43 | | Répondre
            • Oui c'est dommage

              De la part de Francesca, 02 mai 2013 à 14:29 | | Répondre
    • Super interview... j'aime bien comment elle répond à toutes les questions, elle pourrait décider de nous faire languir mais non au contraire elle nous donne des informations qui me donne envie de lire le tome 3 et le tome 4 sur le champ !!! L'attente va être longue !!! En plus savoir que ça ne se termine pas au troisième tome c'est génial !!!! Je suis trop contente !!!

      De la part de LILO, 29 avril 2013 à 20:32 | | Répondre
      • Moi aussi, je veux la suite, vite vite vite

        De la part de Francesca, 30 avril 2013 à 20:16 | | Répondre
    • J'ai pratiquement fini le Tome 1 et je me laisse totalement embarquer dans cette aventure. C'est bien écrit et addictif.

      De la part de Sylvia, 30 avril 2013 à 09:42 | | Répondre
      • Tout à fait, et j'ai encore plus aimé le 2!

        De la part de Francesca, 30 avril 2013 à 20:16 | | Répondre
        • idem pour moi, le tome 2 est un cran au dessus du premier !

          De la part de naikyy, 02 mai 2013 à 13:43 | | Répondre
    • vos livres sont tres bien ecrit, cependant je me pose une question comment si l'on a pas vecu rellement ces histoires, avoir une telle imagination qui derange parfois le lecteur a t-on besoin de tous ces details pour creer une veritable histoire d'amour , pour moi le sexe ecrase tout mais bon ceci dit l'histoire reste belle et tout le monde est magnifique

      De la part de gricourt sylvian, 16 février 2014 à 10:52 | | Répondre
    Nouveau commentaire