Le monde de Francesca

Mes coups de coeur de tous les genres littéraires... et plus encore!

21 mai 2018

  • Interview de Sarah Dessen
  • 29745049_10155550282802239_2515279451369458701_o

    Sarah Dessen est venue au Salon du Livre de Paris en mars dernier à l'occasion de la sortie de son roman Once and for all. J'ai eu l'occasion de réaliser une interview avec elle et j'ai beaucoup fangirlé ^^

    Francesca : Bonjour Sarah, je suis une grande fan depuis de nombreuses années et je suis ravie que vous soyez en France ! Est-ce que vous êtes déjà venu ici ?

    Sarah Dessen : C'est la première fois que je viens, je suis avec ma famille. Nous n'avons pas beaucoup de temps, donc nous avons fait un tour en bus le premier jour. Nous avons vu Notre Dame de Paris, et la tour Eiffel. Nous sommes allés au Musée d'Orsay, et bien sur nous avons goûté à la cuisine française!

    Vos héroïnes sont souvent en rébellion, particulièrement contre les adultes. Est-ce un reflet de votre propre adolescence ?

    J'ai eu une phase rebelle au lycée, mais rien de vraiment grave. J'ai vécu une enfance heureuse, et je me suis éloignée de ma mère à un moment, mais je suis revenue auprès d'elle après quelques temps. Je pense que c'est le cas de beaucoup d'adolescents. Mais c'est vrai que je mets un peu de moi dans chacune de mes héroïnes.

    Vos héroïnes réapprennent la confiance dans vos romans. Est-ce un thème important pour vous ?

    Oui tout à fait. Quand on vit quelque chose de difficile ou qu'on a le coeur brisé, on a tendance à se renfermer sur soi, surtout quand on n'a pas d'expérience dans la vie et qu'on n'a pas de recul sur tout ça. Il faut apprendre à rouvrir son coeur.

    29352029_10155550278302239_2439733600304334537_o

    Once and for all se passe dans le monde du mariage. Pourquoi avoir choisi ce thème ?

    J'ai une fille de 10 ans qui a été gardée par 2 baby sitters. Ces deux dernières ont préparé leur mariage pratiquement en même temps.
    Cela m'a rappelé mon propre mariage, que j'ai mis 1 an à préparé, tous les détails qu'il a fallu réglé m'ont rendu folle. Au final, on partage toutes les mêmes inquiétudes : est-ce qu'on va s'entendre avec sa belle-mère, qui va t-on inviter, est-ce qu'on va trouver la robe parfaite ? Je me souviens de mon beau-père qui était au bar de l'endroit où se passait mon mariage, et il a fini par inviter tous ceux qui étaient là-bas ! J'ai eu aussi un problème de bouquet, mais mes demoiselles d'honneur ne me l'ont pas dit et ont tout arrangé à la dernière minute.

    L'avantage quand on se marie, c'est que ça se termine une fois la cérémonie passée et que ce n'est théoriquement qu'une fois dans sa vie. Je voulais savoir ce qui se passait pour les orgainsateurs de mariage quand ils doivent revivre la même chose encore et encore.

    Ce roman est présenté avec une citation "Les happy end n'existent pas" et vos livres ont souvent une fin ouverte. Croyez-vous aux happy end ?

    Nous avons besoin de happy end. Dans les livres, les couples heureux ont une image parfait à la fin. Mais dans la réalité arrivent les lendemains.  Il y a des hauts et des bas mais tout finit par s'arranger.

    J'ai rencontré mon mari au lycée, et on se dispute de temps en temps, mais notre couple est solide.

    29354669_10155550284722239_7930120863546351087_o

    Est-ce qu'écrire d'un point de vue d'un garçon vous plairait ?

    On me pose toujours la question ! J'ai passé du temps à réfléchir sur ce qu'un garçon penserait. C'est difficile, et au fond, a-t-on vraiment envie de savoir ? J'ai en tout ca du mal à me projeter. J'ai tenté d'écrire une version de moi au masculin, mais ça n'a pas marché. Il y a des auteurs qui le font avec talent, je les admire.

    Vos romans sont des one shot. Avez-vous pensé à écrire des suites ?

    J'y ai déjà pensé, mais lorsque je termine un roman, c'est fini pour moi, je ne peux plus voir mes personnages en peinture. On me demande souvent d'écrire des suites, mais je préfère ramener mes personnages dans d'autres livres. Par exemple, j'ai fait apparaitre Scarlett de Cette chanson-là dans Quelqu'un comme toi pour faire savoir qu'elle allait bien. En fait, j'ai essayé d'écrire la suite de Cette chanson-là, j'ai écrit 30 pages et je me suis arrêtée.

    Je n'ai pas lu beaucoup de suites de romans que j'ai apprécié, donc je préfère laisser mes personnages là où ils sont.

    Est-ce que vous avez d'autres projets ?

    Pour le moment non. J'aurai du finir un livre avant juin, mais je ne tiendrai pas la date parce que je dois recommencer dès le début. Ecrire un lvire est comme entamer une nouvelle relation, sauf que là, on s'est disputé depuis le début. J'ai mis le livre de côté avant de venir en France, et je verrai à mon retour. J'écris mieux sous pression, j'ai besoin d'avoir peur pour avancer.

    Quels sont vos livres et auteurs préférés ?

    Je viens juste de relire Le Voyageur malgré lui d'Anne Tyler, qui raconte l'histoire d'un homme dont le mariage fut un échac après que son fils soit tué. Il rencontre une femme excentrique et l'histoire se termine à Paris. J'aime beaucoup aussi Une prière pour Owen de John Irving. En fait, je n'arrête pas de rajouter des livres à mes romans préférés.

    Je lis des romans YA mais pas pendant que j'écris car je ne veux pas être influencée. Je lis plutôt des fictions contemporaines, des magazines et des journaux.

    Avez-vous pensé à écrire dans d'autres genres que le contemporain ?

    Je suis une moldue ! (rires) Je ne pense pas que je serai douée. Je ne lis pas de fantasy, même si j'ai lu Harry Potter avec ma fille et on a toutes les deux adoré. Je préfère écrire sur ce que je connais plutôt que de créer un nouvel monde. Par contre, j'aimerais changer l'âge de mes personnages. J'ai commencé à écrire avant d'être mère, j'aimerais maintenant écrire des choses plus adultes.

    29665325_10155550282607239_3284562673537867262_o

    Est-ce que votre fille lit vos romans ?

    Elle est encore un peu jeune, je la laisserai les lire plus tard, dans quelques années. Elle n'a pas encore d'intêrét pour mes livres, je la laisse vivre son adolescence et quand elle voudra, je les lui passerai. Ca sera bizarre pour moi parce que pour le moment, je ne suis que sa maman. Elle m'a accompagnée une fois durant une séance de dédicaces. Elle s'est tenue sagement pendant une heure, mais à un moment donné, elle m'a donné une tape dans le bras, et voulait sa maman.

    Avez-vous un mot pour vos lecteurs français ?

    Merci de me lire ! Ca me touche beaucoup quand mes lectrices me dient qu'elles peuvent s'identifier à mes personnages, c'est le plus beau des compliments pour moi.

    Un grand merci à Lumen, Sarah Dessen et la traductrice pour cette rencontre privilégiée avec une auteur que j'adore depuis très longtemps!

    Dazzled par Francesca dans Interviews - 0 Messages
    Tags :


    Vos messages

    Nouveau commentaire